• Ius est ars boni et aequi.

    (Celsus)
  • Scire leges non hoc est verba earum tenere, sed vim ac potestatem

    (Celsus)
  • Omnes populi, qui legibus et moribus reguntur, partim suo proprio, partim communi omnium hominum iure utuntur.

    (Gaius)
  • Omne ius quo utimur vel ad personas pertinet vel ad res vel ad actiones

    (Gaius)
  • Ius pluribus modis dicitur: uno modo, cum id quod semper aequum ac bonum est ius dicitur

    (Paulus)
  • Lex est commune praeceptum, virorum prudentium consultum, delictorum quae sponte vel ignorantia contrahuntur coercitio, communis rei publicae sponsio.

    (Papinianus)
  • Iustitia est constans et perpetua voluntas ius suum cuique tribuendi.

    (Ulpianus)
  • Iuris praecepta sunt haec: honeste vivere, alterum non laedere, suum cuique tribuere.

    (Ulpianus)
  • Iuris prudentia est divinarum atque humanarum rerum notitia, iusti atque iniusti scientia.

    (Ulpianus)
  • Iura non in singulas personas, sed generaliter constituuntur.

    (Ulpianus)
  • Ergo omne ius aut consensus fecit aut necessitas constituit aut firmavit consuetudo.

    (Modestinus)
  • Legis virtus haec est imperare vetare permittere punire.

    (Modestinus)

Bienvenu sur IUS ROMANUM -

le site dédié au droit romain 

de la Faculté de droit de l'Université de Sofia
«St. Clément d'Ohrid»!

 

Le juriste romain Celse définie le droit comme «art du bon et du juste». L'esprit extraordinaire des Romains de créer et d'appliquer le droit dépasse les barrières du temps. Le droit romain reste une base véritablement stable sur laquelle est bâtie la culture juridique moderne.

Le terme «droit romain» renvoie au système juridique de  Rome Antique, englobant dans son contenu le développement du droit positif  et de la pratique judiciaire, mais aussi l'évolution de la jurisprudence depuis plus de quatorze siècles. Les concepts des juristes et des empereurs romains, ainsi que les principes fondamentaux de droit persistent au cours des siècles, aussi la terminologie juridique empruntée de la langue latine dans les langues modernes.

«Droit romain» est aussi le système juridique qui est en vigueur dans une partie considérable de l'Europe occidentale jusqu'au XVIIIème siècle. C'est le droit du Saint Empire romain. Le droit romain est la base des codifications civiles et il a une influence significative sur la formation des nations et des Etats modernes. Il exerce une influence sur les systèmes juridiques nationaux non seulement en Europe, mais aussi en Amérique, Afrique, Asie. Il est aussi à la base des codifications supranationales aujourd'hui. Le droit romain est une technique juridique dérivée de la tradition romaine.

La plupart des auteurs considèrent que le droit romain est historiquement le premier système juridique qui diffère de la coutume et de la religion. Mais il est lui-même une synthèse non seulement des concepts juridiques des Romains et les autres peuples italiques. À l'époque de l'expansion territoriale, de l'épanouissement de l'économie romaine et de l'établissement de la dominance politique dans la région de la Méditerranée et dans une partie substantielle de l'Europe continentale le droit romain accepte des influences de la culture juridique orientale et hellénistique, il adopte de nombreux instituts de droit étranger, construit un système de ius gentium applicable sur tout le territoire de l'Empire romain. En consolidant le pouvoir politique et la religion chrétienne le droit romain est conservé par l'intermédiaire des institutions ecclésiastiques dans l'époque instable au début du Moyen Age. Un nouveau élan pour sa connaissance approfondie est donné par les universités italiennes en XIème siècle- une vraie Renaissance de la jurisprudence romaine qui passe dans les législations modernes pour atteindre le début de la XXIème siècle.

Traditionnellement dans les universités d'aujourd'hui on étudie comme cours obligatoire « Droit privé romain » en accentuant sur la continuité de la tradition du droit romain dans les systèmes contemporains de droit privé.

Dès les dernières décennies du XIXe siècle commence une étude plus approfondie  du droit public romaine comme un fondement du développement moderne de l'état et de la démocratie. Par décision du Conseil de la Faculté de droit de l'Université de Sofia «St. Clément d'Ohrid » un cours optionnel de Droit public romain est  introduit en 2014. On présente aussi la tradition du droit romain dans les cours universitaires de l'histoire d'état et de droit, des systèmes juridiques contemporaines, de la philosophie du droit, de  l'anthropologie juridique, de l'histoire des doctrines politiques et juridiques, du droit privé comparé etc.

Après le décès de notre cher collègue Theodor Piperkov en gardant la mémoire de ses cours inoubliables les étudiants de la Faculté de droit  ont créé un Club des juristes portant son nom. C'est avec leur initiative qu'on a restauré l'activité du Séminaire de droit romain en attirant un groupe nombreux des étudiants de la première année. Les nouveaux assistants de droit romain ont pris avec beaucoup d'enthousiasme   l'enseignement de la discipline. L'intérêt des étudiants est à la base de la création d'un site et d'une revue pour donner la possibilité d'une meilleure connaissance du droit romain et de la tradition romaniste en Bulgarie. On espère que cela contribuera de montrer de près l'apport de la jurisprudence  romaine dans la culture juridique moderne.

Il est à noter que les sites de ce genre ne sont pas nombreux. Certains  servent seulement aux besoins didactiques. Les autres accumulent les textes latines, les traductions et les livres et manuels de droit romain. Il y en a aussi des larges plateformes de l'Antiquité romaine où la place de droit romain est restreinte. On ne trouve pas beaucoup de livres bulgares sur le droit romain. Les récentes publications ainsi que la célébration des évènements associés au droit romain ont suscité sans doute un intérêt qui croit de plus en plus. Beaucoup de raisons nous encouragent à créer ce site, le premier de ce genre en Bulgarie et en Europe centrale et orientale. Une «renaissance» de l'attitude positive des collègues et d'un public plus large envers le droit romain et aussi l'enthousiasme de nos  étudiants et nos assistants posent cette tâche importante. Alors que la tradition veut rendre hommage à l'expression écrite des recherches scientifiques, notamment concernant au monde antique et son droit, les technologies électroniques modernes donnent une possibilité plus grande de présenter ces études au grand public.

Notre site est ouvert vers tous ceux qui s'intéressent à la culture juridique romaine et ç la tradition romaniste dans le droit contemporain, mais son objectif principal est d'être un support utile aux étudiants de droit. 

Iuventuti cupidae legum!